Fabrice Godefroy, Directeur général d’Alternative Autoparts

« Nous essayons de regrouper des distributeurs qui nous ressemblent »

Qu’attendez-vous de cette première participation à EQUIP AUTO ?

Le salon est pour nous l’occasion d’affirmer notre présence en tant que groupement sur le marché français. Notre stand, totalement indépendant d’IDLP, est un lieu opérationnel, pas une vitrine. Alternative Autoparts a été créé en avril 2016, nous sommes donc en phase de conquête du marché et notre présence sur le salon va nous permettre de recevoir nos adhérents actuels, nos futurs adhérents et d’affirmer notre valeur ajoutée par rapport aux groupements existants.

Justement, comment Alternative Autoparts se démarque-t-il des autres groupements de distribution ?

Avant tout, nous sommes une entreprise familiale, pas un groupe financier. Nous essayons de regrouper des distributeurs qui nous ressemblent, des entreprises familiales qui ont une vision sur le long terme et qui veulent entrer dans un groupement opérationnel qui ne va pas à tout prix chercher à les racheter. De plus, nous avons un ADN technique impulsé par IDLP et Atac. Cette particularité, nous allons la concrétiser sur le terrain via notre concept de relais techniques que nous lançons sur EQUIP AUTO. L’objectif est de faire de nos distributeurs très techniques des relais qui permettront à nos adhérents qui ne le sont pas de répondre sans hésiter aux besoins et aux demandes du marché.

Quels ambitions avez-vous pour Alternative Autoparts pour l’année qui vient ?

En tant que jeune groupement, notre but est d’aller chercher de nouveaux adhérents. Encore une fois, notre approche est de travailler sur le long terme, de prendre le temps de développer nos adhérents, et de travailler avec des distributeurs qui savent évoluer avec le marché tout en tenant à leur indépendance.

Pour vous qui avez également la casquette Diéselistes de France, dans quelle mesure la prime de conversion est-elle une bonne nouvelle ?

C’est une décision positive et pragmatique. Jusque là, le but était de converger vers les véhicules électriques. Mais avant que cette transition énergétique ne se fasse, il va encore se passer du temps. Or, je dis souvent qu’il ne peut pas y avoir de justice écologique sans justice sociale. Et le propos de Nicolas Hulot est justement de permettre de rajeunir et de dépolluer le parc dès maintenant, en laissant à tout le monde la possibilité d’apporter sa pierre à l’édifice, quels que soient ses moyens financiers. D’autre part, chez Alternative Autoparts, nous développons l’éco-révision et avec cette décision du gouvernement, cela prend tout son sens !